Jump to the website

10 commandements pour intégrer HEC Paris quand tu n’es pas un polard




10 commandements pour intégrer HEC Paris quand tu n’es pas un polard

Yassine Tahi, élève à HEC, a phosphoré pour vous aider à intégrer la meilleure école de France et de Navarre. Voici ses 10 conseils pour intégrer HEC quand tu n’es pas un polard (bosseur acharné, nerd, ou, comme on dit chez nous, 9aray, ndlr), agrémentés de témoignages glanés auprès d’étudiants marocains.

 

 

  1.    Ta prépa soigneusement tu choisiras

 

  •      Le choix de la ville (Paris Vs Province) et de la prépa (privé Vs public) est fondamental car c’est l’environnement dans lequel tu baigneras pendant 2 ou 3 ans.

 

  •      Témoignage : « J’ai préféré aller dans une bonne prépa de province pour être dans un environnement moins stressant que Paris, cela m’a réussi. D’autres ont préféré intégré une grande prépa privée dans la capitale, et le choix s’est également avéré payant pour eux.”.

 

  1.    Un groupe de travail sympa et smart tu constitueras

 

  •      La prépa est certes un environnement compétitif mais cela n’empêche pas de s’entraider en petits groupes. A toi de travailler avec des gens avec lesquels tu as non seulement des affinités mais avec qui tu es également complémentaire.

 

  •      Témoignage : « Nous étions 3 marocains à être dans le même groupe de Khôlle à Michelet : Yasmine, Ines et moi (Yassine). Ça fait un peu communautaire à première vue mais comme il fallait constituer le groupe dès le début c’était plus facile ainsi. Notre groupe marchait bien car en écoutant les présentations des autres on se faisait des feedbacks mutuels qui nous ont permis de progresser ».

 

  1.    Des copies des meilleurs taupins tu t’inspireras

 

  •      Lire les copies des meilleurs candidats permet d’une part de jauger le niveau attendu par les jurys et d’autre part d’acquérir certains réflexes que ce soit sur le fond ou la forme. Il convient de disséquer les dissertations et d’en tirer la « substantifique moelle ». Ca tombe bien… cette année les meilleures copies sont publiées  !

 

  •      Témoignage : « Depuis la terminale je m’inspire des copies ayant reçu les meilleures notes. C’est comme ça que j’ai amélioré la structure de mes dissertations notamment sur comment amener élégamment une problématique ou encore comment soigner mes transitions.»

 

  1.    Le moral, en cultivant des moments de pause, tu garderas

 

  •      Le rythme de travail étant très soutenu, les moments de pause deviennent essentiels. Le soleil à partir du mois de novembre se fait rare en France et le November nervous breakdown surgit sans prévenir.

 

  •      Témoignage : « Mon conseil : un petit weekend en famille, entre amis ou à défaut un petit tour à Saint Ouen pour manger des baghrirs, un tagine est autres mlawis peut faire énormément de bien ! Tous les moyens sont bons pour garder le moral”.

 

  1.    Les anciens (marocains ou pas), pour des conseil tu contacteras

 

  •      Les gens adorent parler de leur parcours – en écrivant cet article je ne fais que valider cette idée – et sont toujours prêts à aider les plus jeunes. Nous sommes passés par les mêmes étapes et il ne faut pas hésiter à faire appel aux connaissances plus ou moins lointaines pour demander des conseils ! Néanmoins, il est préférable d’arriver avec des questions précises pour éviter les discussions trop vagues et sans réelle valeur ajoutée…

 

  •      Témoignage : “Que ce soit pour des entretiens de stage ou pour les concours j’ai toujours contacté des personnes ayant réussi avant moi. Il faut voir le concours comme un jeu avec des règles qu’il faut connaître. Certaines sont explicites et sont accessibles sur les rapports de jury notamment et d’autre sont plus implicites…”

 

  1. Aucune matière tu négligeras

 

  •      Chaque personne à ses matières de prédilections. Si certains sont davantage matheux, d’autres sont plus littéraires. Toutefois, le concours est une somme pondérée de toutes les matières et il ne faut laisser aucune matière de côté. Il faut aller chercher les points partout où ils sont et répartir son temps et ses révisions avec logique et rationnalité.

 

  •      Témoignage : “Ma stratégie pour le concours a été de fournir un effort proportionnel aux coefficient des épreuves. Ainsi j’ai travaillé sur les points faibles et j’essayais de parfaire mes zones de confort.”  

 

  1.  A la panique tu résisteras

 

  • Ne surtout pas paniquer pendant l’épreuve ! Il faut prendre le temps de bien réfléchir, même si vous n’arrivez pas à répondre à certaines (voire pas mal) de questions . Si vous bloquez et que vous sentez la panique monter, arrêtez vous un moment. Fermez les yeux, inspirez profondément pendant quelques secondes et replongez vous dans votre devoir.

 

  • Témoignage : ” Lors de la maths 1 HEC je n’avais réussi à faire qu’une seule partie sur 4. Lorsqu’au bout d’une heure, j’avais fini la première partie, j’étais plutôt satisfaite. Le souci c’est qu’après j’avais buté sur la première question de la seconde partie. J’ai ensuite décidé de skipper cette question et tenter la suivante. Mais pareil, je bloquais… Les heures passaient et je ne réussissait à ne répondre à rien..Je bloquais sur toutes les autres questions restantes…Je paniquais, c’etait affreux. Au bout de quatre heure, je n’avais pu répondre qu’aux questions de la première partie (faite en une heure), et gribouillé quelques pistes pour quelques unes des questions restantes. Je suis sortie de l’épreuve en fondant en larmes, persuadée que je n’allais jamais intégré. Finalement j’ai eu 16/20. Vous pensez que je me suis sous estimée ? Pas du tout, l’épreuve était difficile et finalement il suffisait de répondre correctement à toutes les questions de la première partie pour avoir 14/20. Moralité : n’allez pas vite, soyez sûrs que tout ce que vous écrivez est juste, et surtout ne paniquez pas. Parfois les épreuves sont dures, mais rappelez vous qu’elles le sont pour tout le monde. L’important c’est de grappiller des points, préférez la qualité à la quantité et prenez le temps de soigner la rédaction”.

 

  1. A chaque épreuve, pour réussir, la confiance tu garderas et ta personnalité tu dévoileras

 

  •      Chaque épreuve cherche à tester non seulement des capacités cognitives mais également des qualités et une personnalité. HEC valorise la ténacité, la flexibilité intellectuelle, la résistance à la pression etc. Ainsi, même s’il n’y a pas d’oral de personnalité à proprement parler, celle-ci transparait dans la palette d’épreuve qui va du triptyque à l’oral d’anglais où l’examinateur peut poser des questions plus personnelles.

 

  •      Témoignage : « Mon épreuve de maths a été une catastrophique et mon jury m’a poussé à bout. Pendant tout le long j’ai essayé plusieurs raisonnements différents face à un jury stoïque et impassible. Ils semblaient prendre plaisir à me regarder du haut de l’amphi sans me donner aucune piste. Mais je ne me suis pas laissé abattre et j’ai persévéré. Au final, je n’ai pas réussi à résoudre l’exercice mais j’étais sur la voie. J’ai fini par avoir 11 même si à la sortie de l’épreuve j’étais convaincu d’avoir complètement raté mon épreuve. Avec du recul je pense qu’on testait autant mon raisonnement que mes qualités et mes défauts qui sont plus palpable une fois sous tension».

 

  1. Pendant les oraux : triptyques, culture gé,  maths etc. tu segmenteras.

 

  •      Apprendre à faire abstraction n’est pas chose facile. Il est difficile de prendre du recul pendant les oraux car c’est une course et on n’a pas le temps de lever la tête du guidon. Toutefois, il convient de déconnecter les différentes épreuves les unes des autres. C’est un concours : il faut certes être le meilleur mais aussi être « moins pire » que les autres. Il ne faut surtout pas se décourager… tout le monde rate une épreuve et à l’impression qu’il ne sera jamais pris.

 

  •      Témoignage : « Un des meilleurs conseils que j’ai reçu est le suivant : Il faut se battre jusqu’au bout ! 1 point dans une épreuve suffit à faire la différence. J’ai essayé d’appliquer au maximum ce conseil pendant mes oraux. Une fois sorti de l’épreuve de maths je me suis dit que c’était complètement raté alors autant donner le maximum pour les triptyques. Ça a fini par payer car si je m’étais laissé abattre, je n’aurais certainement pas été pris. Les oraux c’est un peu de révision les sujets étant très aléatoires, beaucoup de méthodologie et de structure et un mental d’acier ! »

 

  1. Déterminé, si HEC tu n’as pas, tu cuberas (ou pas)

 

  • Cuber est une décision difficile qui oblige à une profonde introspection. Il faudra faire abstraction des avis de tes parents, de ta famille, de tes amis et de tes professeurs pour définir quel choix tu souhaites prendre car il ne regarde que toi. L’idée étant avant tout de savoir si aux regrets tu préférerais les remords, ou inversement. En revanche, n’hésite pas à te renseigner auprès de personnes qui ont retenter leur chance ou qui ont fait le choix réfléchi de ne pas cuber et à t’inspirer de leurs expériences pour prendre ta décision. Cuber, n’est pas la fin du monde, et pour beaucoup, l’année de cube a été la meilleure des trois années de prépa. Il faut simplement être sûr de soi et assumer son choix jusqu’au bout.

 

  • Témoignage: “ Entre la déception qui m’habitait depuis les résultats  et l’espérance d’une délivrance imminente que me promettait le choix confortable de l’intégration, je ne savais plus quoi penser.  Ma famille, mes amis et mes professeurs me harcelaient pour que j’intègre, mais au fond de moi, le sentiment d’injuste me rongeait..Ce qui m’a aidé à prendre une décision, c’était de me dire que je ne pouvais pas vivre avec des “et si j’avais cubé..”. Je voulais vivre sans regrets. Quitte à avoir une moins bonne école qu’en kharrée, autant être en paix avec moi même et me surpasser une dernière fois. J’ai donc pris l’audacieux choix de cuber en ayant été admise à l’EM Lyon et j’ai finalement été admise à HEC Paris. Mon conseil ? Une fois qu’on a prit sa décision, ne plus y repenser. Il faut avoir la rage de réussir et travailler sans relâche.”

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc