Maroc : trop d’étudiants pour pas assez de professeurs ?




Maroc : trop d’étudiants pour pas assez de professeurs ?

840 000 étudiants pour 14 000 professeurs. Les chiffres de l’enseignement supérieur public à l’échelle nationale ont de quoi inquiéter. Focus sur un secteur en crise.

En huit ans, de 2009 à 2017, le nombre d’étudiants au Maroc a été multiplié par quatre. Bonne nouvelle, sauf que le nombre d’enseignants-chercheurs et de cadres administratifs a stagné, voire diminué sur la même période. C’est ce qu’a dévoilé un rapport du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) portant sur “La promotion des métiers de l’éducation, de la formation, de la gestion et de la recherche” et présenté mardi 18 avril à Rabat.

Certaines filières ne comptent qu’un professeur pour 1500 élèves au premier semestre de licence. Les plus touchées sont les sciences juridiques, économiques et sociales ainsi que les lettres et sciences humaines.

Ces chiffres “s’améliorent” à partir de la deuxième année d’étude : 169 étudiants par enseignant en sciences juridiques, économiques et sociales, 108 à la faculté pluridisciplinaire, 83 en lettres et sciences humaines. Plus les étudiants se spécialisent, meilleur est l’encadrement.

Mais le rapport souligne également une forte concentration des professeurs à Rabat, Casablanca, Fès et Marrakech, tandis que les régions manquent de ressources humaines pour faire face au nombre d’étudiants grandissant.

En un an, le nombre d’étudiants dans les universités publiques a augmenté de 12%, contre 1,2% pour les professeurs.

 

Commentaires