Jump to the website

« À deux CV égaux, je vais privilégier celui qui vient de mon université »




« À deux CV égaux, je vais privilégier celui qui vient de mon université »

Après avoir décroché son diplôme à l’Université Al Akhawayn, Nada Himdi s’est engagée dans une carrière dans le monde de l’immobilier. Retour sur son parcours.

 

Campus Mag: Pouvez-vous résumer et nous expliquer votre parcours étudiant?

Nada Himdi: J’ai eu mon bac au lycée Lyautey en 2001. Rétrospectivement, je dois dire que nous n’étions pas particulièrement bien orientés. J’aimais beaucoup la Biologie et je me suis donc naturellement tournée vers la fac de médecine à Bordeaux. Et ce n’est pas un secret, la 1èreannée de médecine est pour le moins épineuse. Je n’ai pas eu mon concours de passage en deuxième année et en l’absence d’une réelle passion pour la médecine, j’ai décidé de mettre fin à cette aventure. Sur les conseils de mes parents, j’ai décidé de m’inscrire à l’Université Al Akhawayn, qui était à ce moment et je pense est toujours le meilleur choix de parcours au Maroc. J’y ai suivi le cursus Bachelor en Business Administration avec une Major Finance et Minor Marketing. Cette double orientation satisfaisait à la fois mon aptitude aux chiffres et mon goût de la vente. Et alors même que j’étais déjà salariée, j’ai complété mon cursus par un Master en Audit, Comptabilité et Finance à l’ESC Toulouse.

Campus Mag: Pourquoi avoir complété votre cursus avec un master à l’ESC Toulouse?

Nada Himdi: J’ai été embauchée tout de suite après Al Akhawayn, qui est un diplôme suffisant pour faire un beau parcours professionnel. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de constater que la grande majorité des offres d’emploi qui circulaient demandaient un Bac+5 en Grande Ecole de Commerce Française. J’avais l’opportunité de m’inscrire à l’ESC Toulouse tout en continuant de travailler, et j’en ai donc profité. A l’époque je voyais ça comme un visa pour m’assurer qu’on ne me fermerait pas de portes dans le monde professionnel, et je pense que j’ai bien fait. Ceci dit, si on s’arrête purement aux compétences acquises à Al Akhawayn, elles étaient largement suffisantes ! Le reste s’apprend en pratiquant, devant les clients ou devant son fichier excel, surtout quand on a la chance d’avoir des mentors qui sont bons dans ce qu’ils font et qui vous accompagnent avec bienveillance.

Campus Mag: Racontez-nous votre première expérience professionnelle.

Nada Himdi: J’ai commencé là où je suis aujourd’hui, chez CBRE. D’abord en stage, puis ensuite en CDI. Après deux ans, j’ai rejoint Lance Real Estate, devenu Colliers International. Après ça, l’appel de la finance m’a fait rejoindre CFG en banque d’affaires, où j’ai travaillé sur des missions de structuration de financement et de levée de fonds, mais aussi beaucoup sur des projets immobiliers, en capitalisant sur mon expérience et l’expertise que j’avais développées. J’ai eu des soucis de santé, et je me suis arrêtée de travailler pendant un an. J’en ai profité pour mener à bien mon premier projet bébé. Après moins d’un an d’arrêt et deux mois après la naissance de mon fils, j’ai rejoint Yamed Capital en tant que Senior Manager au département Transactions, puis ensuite TGCC Immobilier en tant que directrice commerciale. Je suis à nouveau de retour chez CBRE depuis un peu plus d’un an maintenant au poste de Directrice Advisory & Transaction Services.

Campus Mag: On peut dire que vous avez roulé votre bosse…

Nada Himdi: Oui, je pense qu’on peut dire ça ! J’ai eu des expériences dans plusieurs sociétés. J’ai à chaque fois suivi mon instinct, et souvent des personnes aussi. Chez Yamed, j’ai rejoint celui qui m’avait recruté chez CBRE en sortie d’école. Et puis j’ai rencontré Imane Kabbaj, qui dirige CBRE aujourd’hui, lorsque nous étions toutes les deux chez CFG. Je choisi les boîtes dans lesquelles je décide de m’investir, mais aussi et surtout les personnes avec lesquelles le faire, quel que soit le nom de la boîte ! J’ai donc souvent travaillé avec des personnes que j’apprécie et qui m’ont demandé de les suivre.

Campus Mag : Revenons à vos années d’études. Quels sont vos meilleurs souvenirs à Al Akhawayn ?

Nada Himdi: Il y en a beaucoup ! Les tournois de foot – je suis une très grande fan de foot (rires) ; les soirées charrettes que l’on passait au Lab ou à la bibliothèque pour préparer nos examens, les fous rires qu’on se tapait parce qu’on était juste très très fatigués ; la présentation du Capstone avec une super team, la cérémonie de remise des diplômes… Al Akhawayn représente beaucoup pour moi. J’y ai rencontré ma meilleure amie, et j’y ai rencontré mon mari.

Campus Mag : Avec du recul, quel est le principal enseignement de vos années d’études?

Nada Himdi: 3wel 3la rasek (il faut compter sur soi-même) et être fonceur pour réussir. La persévérance est une grande qualité !

Campus Mag : Quelles étaient les matières qui vous plaisaient le plus?

Nada Himdi : Corporate Finance. Le cours de logistique aussi. Il était enseigné à travers beaucoup de cas pratiques.

 

Campus Mag: Si tout était à refaire, auriez-vous choisi de refaire exactement les mêmes études supérieures ?

Nada Himdi: Oui, sans hésitation.

Campus Mag: Concrètement, en quoi consiste votre travail au quotidien ?

Nada Himdi: Je dirige le pôle Advisory & Transaction Services chez CBRE. Concrètement, je fais du business développement, de la négociation de contrats, et du pilotage de missions dans lesquelles nous intervenons pour la vente, la location et le montage de projets industriels, bureaux ou retail. Je m’appuis pour ça sur une super équipe que je manage. Nos clients sont soit des investisseurs soit des utilisateurs. Nous représentons les premiers pour les aider à commercialiser leurs actifs. Lorsqu’il s’agit de clients utilisateurs, nous les accompagnons dans leurs plans de développement.

 

Campus Mag : Comment avez-vous gravi les échelons pour atteindre votre poste actuel?

Nada Himdi: Les nuits blanches (rires). Je plaisante à peine, j’ai beaucoup travaillé ! Aussi, Al Akhawayn nous a vraiment appris à nous débrouiller. On ne nous a jamais demandé d’apprendre, on nous a appris à apprendre et sincèrement cet outil là m’a beaucoup servi à me frayer un chemin : sentir les opportunités, changer de casquette au bon moment. J’ai eu beaucoup de chance aussi parce que quand je suis rentrée à CBRE, on était quatre stagiaires de Al Akhawayn. Quand je poussais la porte du bureau, j’avais l’impression de rentrer au Lab (rires). Etre bien entouré et en confiance avec son équipe offre un confort inestimable ! C’est presque toujours une question de personnes !

 

Campus Mag : Quelles sont les difficultés auxquelles vous vous êtes heurté durant votre parcours professionnel ?

Nada Himdi : Pour en avoir déjà discuté avec des lauréats de mon université, je pense que le marché du travail est encore un peu complexé par les études au Maroc. A poste égal, surtout au stade junior, un diplômé d’une Grande Ecole de commerce française sera probablement mieux rémunéré, que le domaine le justifie ou pas. Pas mal de recruteurs valorisent les Grandes Ecoles, alors même que Al Akhawayn a les meilleures accréditations au Maroc, et a produit de très bons éléments.

 

Campus Mag : Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

 

Nada Himdi: Question fatidique ! Mon père me pose cette question depuis que je suis petite, et j’ai toujours trouvé difficile d’y répondre. Je sais qu’on est tous des « work in progress », avec des opportunités de grandir à beaucoup de niveaux. J’espère donc continuer de trouver l’espace pour le faire ! J’ai appris qu’on ne peut pas prédire ! Mais je fais les choses par goût, alors si mes goûts restent les mêmes, je me vois  continuer de diriger une équipe et aider des plus jeunes à grandir ! Pourquoi pas enseigner aussi.

Campus Mag : Quels sont les challenges à relever lorsqu’on travaille chez un grand groupe immobilier?

Nada Himdi: Se distinguer. C’est une déformation professionnelle je pense, mais les jeunes et les juniors sont souvent appelés  “le stagiaire” ou “le nouveau”. Il faut qu’on t’appelle par ton prénom, qu’on sache qui tu es, ton identité. Après, à force de travail, on y arrive.

 

Campus Mag : Quelle qualité attendez-vous de vos collaborateurs ?

Nada Himdi: La motivation, l’engagement et l’intégrité. Les compétences se développent au fur et à mesure, je n’hésite pas à recruter des juniors et les former. Mais le préalable est l’attitude : avoir envie d’apprendre et « go the extra mile ». J’ai toujours été sincère dans ma démarche avec mes managers, et j’apprécie cette qualité chez les membres de mon équipe. Ca me permet d’avoir pleine confiance dans leur travail et leur intégrité.

 

Campus Mag: Par quel canal recrutez-vous ?

 

Nada Himdi: Les sites professionnels type Linkedin. Le département RH et le département marketing font souvent des appels à candidature et nous participons à des forums de recrutement, principalement à Casa. Malheureusement, on n’est jamais allés à Ifrane pour des raisons de logistique. Il faudrait peut-être y aller ! Comme partout le réseau compte. Je suis toujours ravie d’accueillir un  CV d’Al Akhawayn. Et parce que je connais la valeur de ses diplômés, face à des candidats aux expériences comparables, mon cœur balance pour un lauréat de mon université.

Commentaires