Jump to the website

« Allez vous plaindre à la délégation du Ministère de l’Education Nationale, moi je n’y suis pour rien ! »




« Allez vous plaindre à la délégation du Ministère de l’Education Nationale, moi je n’y suis pour rien ! »

« Allez vous plaindre à la délégation du Ministère de l’Education Nationale, moi je n’y suis pour rien ! » En ce lundi matin de rentrée scolaire, c’est l’injonction kafkaïenne qu’a nonchalamment adressée une directrice d’école primaire à des parents d’élèves venus protester devant la porte fermée de l’établissement .

L’école étant située dans un quartier populaire de Casablanca, la majorité des parents présents sont des mères analphabètes et désemparées. La raison de leur colère ? Leurs enfants bel et bien inscrits à l’établissement, sont sommés de rentrer chez eux : plus de places pour eux à l’école, 6 enseignantes ont pris leur retraite, d’ailleurs la directrice a décidé en ce jour de rentrée scolaire de fermer la classe de 6ème (équivalent du CM2 pour ceux qui ont échappé au système scolaire marocain).

Face à cette crise des effectifs, supprimer un niveau scolaire sans crier gare et sans prévenir les parents, et « inviter » manu militari les élèves et leurs mères à regagner leurs misérables pénates sont les deux mesures prises par cette fonctionnaire de l’éducation nationale.

Selon elle, aucune autre solution envisageable à offrir à ces citoyens (certes de seconde zone) qu’elle est censée servir en tant que fonctionnaire. D’ailleurs, elle se dédouane de toute responsabilité, et renvoie la faute au grand Autre, le majusculaire Ministère de l’Education Nationale affublé de sa cohorte d’académies et de délégations qui ne sont même pas foutues (excusez-moi le terme) de planifier correctement une carte scolaire….

Néanmoins, elle, en tant que directrice d’établissement, n’a-t-elle pas pu anticiper le départ à la retraite de ses enseignants, ni de réorganiser les effectifs en conséquence ? De source sûre, ce que je relate ici n’est pas un cas isolé !

Un certain nombre d’établissements publics sont dans le même bourbier. La faute à qui ? A pas de chance ! Le «népalisme» (néologisme inspiré de notre « n’est pas là » national) a encore une fois sévi et les conséquences seront graves, très graves !

L’école publique ferme ses portes eux enfants du peuple ! Je ne vais même pas blabater sur le fait que l’éducation est une fonction régalienne de l’Etat, sur les droits fondamentaux du citoyen, sur la médiocrité des manifestations instrumentalisées et du débat politique à la veille d’élections législatives et blablabla… Je suis simplement indignée et très inquiète pour l’avenir de ce pays !

Commentaires



  1. […] Lire aussi: « Allez vous plaindre à la délégation du Ministère de l’Education Nationale, moi je n’y sui… […]

Comments are closed.

Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc