Jump to the website

BLOG – “Je ne suis plus étudiant au Maroc, mais d’autres le seront ou le sont toujours…”




BLOG – “Je ne suis plus étudiant au Maroc, mais d’autres le seront ou le sont toujours…”

Je ne suis pas très partant pour comparer à tort et à travers le Maroc et la France, leurs histoires et leurs infrastructures, ou que sais-je d’autre. Mais il y a une exception à faire, qui m’a ému en cette joyeuse matinée.

À la faculté de droit de Rabat, bien souvent nos professeurs ne faisaient pas acte de présence. Trouver une raison aurait relevé de l’imaginaire, personne n’était là pour nous expliquer ni répondre à nos questions. Mais il se trouvait que certaines fois, l’administration croyait quand même bon d’avertir les étudiants. Que faisaient-ils? Une simple affiche collée à la porte de la salle en question. ” Cours annulé ou reporté “. L’étudiant lambda que j’étais et qui habitais à Témara, se déplaçait alors pour son cours de 8 heures du matin et n’était au courant de l’annulation du cours, qu’une fois sur place. Ce même étudiant que j’étais, un jour, par je ne sais quelle preuve de courage peu recommandable au sein de l’enceinte universitaire mais aussi d’intelligence, qualité qui m’est assez rare il faut le dire, avait proposé à un des fonctionnaires qu’on voit bien rarement derrière son bureau, s’il n’aurait été pas plus opportun de recourir aux mails, afin de nous avertir. Réponse de l’intéressé? “Makaynach connexion a sahbe“.

Ce matin, peu de temps avant mon cours qui allait durer 4 heures, j’ai reçu un message émouvant. Le secrétaire du Master nous informait que le cours était annulé. Rien de bien grandiloquent, juste un petit message de quelques lignes adressé aux étudiants lesquels n’avaient pas besoin de se déplacer jusqu’au devant de la salle. J’ai été ému. Ici, du moins jusqu’à présent, on respecte l’étudiant. Il y a comme un statut assez fictif des fois qui veut que l’étudiant ait des droits. Juridiquement, il a aussi quelques avantages, comme une jolie carte d’étudiant, des remises, des promotions et des accès libres à toutes les bibliothèques.

Au Maroc, l’étudiant est comme cette personne qui ne devrait pas faire trop c**** les gens. Il n’est ni pauvre ni riche, il n’a rien, il a juste une petite carte minable assez effacée et peu de droits, si ce n’est aucun. Et le jour où il est question de ses droits, on dit de lui que c’est un raté ou un extrémistes. Les deux mêmes. Et puis ce matin, après avoir été ému par tant d’attention à mon égard, j’étais triste: je ne suis plus étudiant au Maroc, mais d’autres le seront ou le sont toujours.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc