De vendeur de rue à Polytechnique, le fabuleux destin de Rachid Abdelmoula Khadiri




De vendeur de rue à Polytechnique, le fabuleux destin de Rachid Abdelmoula Khadiri

C’est l’histoire d’un jeune Marocain, vendeur ambulant en Italie, qui a fini par décrocher l’un des diplômes les plus prestigieux. Abdelmoula Khadiri, surnommé Rachid, est désormais docteur en ingénierie de l’Université Polytechnique de Turin. Récit d’un parcours exceptionnel.

Cela fait déjà quelques années que la presse italienne suit ce jeune homme et sa volonté à toute épreuve. Les premiers articles sur Rachid Abdelmoula Khadiri datent de 2013, lorsqu’il obtient son diplôme d’ingénieur civil à Polytechnique, parallèlement à son activité de vendeur ambulant. Il déclare alors vouloir poursuivre ses études.

Originaire de Khouribga, la famille de Rachid vivait de l’agriculture et de l’élevage, mais cela ne suffisait plus à nourrir les huit enfants. Deux de ses frères partent alors pour l’Italie. Grâce à des petits boulots, ils parviennent à envoyer un peu d’argent à la famille restée au Maroc.

Rachid a 12 ans lorsqu’il les rejoint, en 1998. Il passe alors du collège au lycée professionnel, et le bac en poche, ses professeurs, frères et amis le poussent à poursuivre ses études. Passionné par le domaine de la construction, ce sera l’École Polytechnique de Turin où il assiste aux cours la journée, puis part, sa marchandise sur l’épaule, faire le tour des places les plus fréquentées de la ville, y croisant souvent des camarades de classe.

Lorsqu’il obtient son diplôme d’ingénieur en 2013, un élan de solidarité s’installe : une association lui offre un ordinateur, et une campagne de crowdfunding est lancée pour lui “offrir un cadeau pour son diplôme”, ce qui lui permettra de financer une partie des frais de scolarité.

À l’époque, son courage et sa ténacité avaient même été salués par des représentants de la Ligue du Nord, connue pour ses déclarations racistes et ses positions anti-immigration, ce parti politique régionaliste voyant en lui un “modèle d’intégration”.

Mais il lui est aussi arrivé de se faire agresser dans la rue. Rachid se rappelle notamment de la violence d’un groupe d’adolescents : “Des racistes qui m’ont insulté et frappé avant de voler ma marchandise. Ça aurait été pire si des passants n’étaient pas intervenus”, raconte-t-il au journal La Repubblica.

C’est désormais du passé. Aujourd’hui, Rachid est docteur en ingénierie. “Les effets des nanomatériaux de carbone ajoutés aux composites de ciment”, c’est le sujet de la thèse qu’il vient de soutenir, préparée durant son immersion de huit mois en Suisse chez le leader mondial du béton, Cemex.

La remise de diplôme de Rachid Abdelmoula Khadiri à l’École Polytechnique de Turin.

 

Commentaires