Jump to the website

Ecole publique: Quand le surbooking règne




Ecole publique: Quand le surbooking règne

Un rapport du ministère de l’Education livre les chiffre clés sur l’évolution du secteur entre 2015 et 2016. Synthèse express.

A première vue (et à première vue seulement), tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’éducation au Maroc: le nombre d’établissement augmente, passant de 10 756 à 10 922 entre 2015 et 2016. Logiquement, le nombre de salles de cours disponibles dans le royaume a lui aussi grimpé sur la même période (146 634 à 164 028). Ces nouvelles infrastructures sont censées permettre de faire face à l’augmentation du nombre d’étudiants (+224 446 d’une année à l’autre).

Sauf que, et c’est là que la bât blesse, entre 2015 et 2016, le nombre d’enseignant à baissé de 5,6%, pour s’établir à 210 367, soit, grosso modo, 12 000 profs de moins. Cruellement arithmétique.

Lire aussi: « Allez vous plaindre à la délégation du Ministère de l’Education Nationale, moi je n’y suis pour rien ! »

On vous résume l’histoire: plus de lycées, plus de salles, plus d’élèves, et moins de professeurs…

 

 

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc