Jump to the website

Enseignement – Pourquoi les pays arabes sont les derniers de la classe…




Enseignement – Pourquoi les pays arabes sont les derniers de la classe…

Dans un entretien accordé à l’agence de presse TAP, Abdullah Hamad Muhareb, directeur général de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (Alesco), est revenu sur les défis des politiques culturelles arabes, notamment en matière d’éducation. 

Le diagnostic est sans appel: D’après Dr Abdullah Hamad Muhareb, “l’éducation dans le monde arabe n’est pas inscrite dans les priorités des Etats membres, mêmes les plus riches”.

Politique de l’autruche

Pire encore, les pays de la zone ne produisent pas de données fiables. Le penseur koweitien à la tête de cette organisation rattachée à la Ligue arabe a relevé que la majorité des statistiques présentées par les pays arabes sont erronées dans la mesure où chaque pays veut donner une image positive en dépit des faits réels. Sur ce point, a-t-il précisé, “nous nous trouvons face à de grands défis pour préparer des études et programmes qui concordent avec le vécu du citoyen arabe”.

Proie aux pensées obscurantises

Et d’enfoncer le clou: “Depuis plus de 30 ans, le monde arabe vit une régression flagrante du point de vue qualité des programmes culturels et éducatifs ce qui a fait de certains jeunes une proie facile aux pensées obscurantistes et aux mouvements extrémistes qui ne reconnaissent ni l’autre ni la diversité de l’autre”..

Enfin, selon cet expert, face au recul du niveau éducatif et scolaire, les politiques culturelles dans la région arabe se trouvent “incapables de garantir les principaux objectifs du développement, surtout que ces politiques culturelles sont loin de la réalité du citoyen arabe”.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc