Jump to the website

Bourses insuffisantes, violence dans les universités, qualité des facs… Daoudi dit toute la vérité, rien que la vérité




Bourses insuffisantes, violence dans les universités, qualité des facs… Daoudi dit toute la vérité, rien que la vérité

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres passe le grand oral de Campus Mag. 

 

Que vous inspire l’implantation de nombreuses écoles françaises prestigieuses sur le territoire?

J’en suis ravi. Si je pouvais en avoir plus, je serais encore plus heureux. L’Etat à lui tout seul ne peut faire face à toute la demande, notamment pour la formation de certains métiers comme l’automobile, l’ingénierie, l’aéronautique… Et puis, maintenant, les élèves qui souhaitent intégrer ces grandes écoles françaises ne sont plus obligés de quitter le pays, ils peuvent rester avec leur famille. On gagne sur tous les tableaux…

 

On entend souvent dire que nos facultés sont des fabriques à chômeurs. Comment faire pour que nos jeunes diplômés intègrent plus facilement le monde du travail?

Il faut avant tout dispenser un enseignement de qualité, et cela relève de notre responsabilité, mais il faut aussi et surtout que l’économie puisse absorber chaque année les milliers d’étudiants qui arrivent sur le marché du travail. Regardez en Espagne, le taux de chômage des étudiants à la sortie d’université est parfois de 50%, à cause du ralentissement de l’économie. Chez nous, c’est pareil, avec le taux de croissance que nous affichons, nous ne pouvons faire face… Pour avoir un taux d’employabilité de 100%, ce qui est une utopie, je le précise, il faudrait avoir une croissance à deux chiffres!

 

Sous votre mandat, le budget global alloué aux bourses a augmenté, ainsi que le montant alloué à chaque étudiant, mais cela reste une maigre somme. Les étudiants peuvent-ils espérer voir ce montant augmenter à court terme?

C’est ce que nous souhaiterions tous. Je vous rappelle que nous avons augmenté les bourses étudiantes de 50%, et fait passer le budget total de 700 millions de dhs à 2 milliards de dollars. Hélas, nous ne pouvons pas aller plus vite, chaque année, le nombre d’étudiants éligible à la bourse augmente de 12%, il faut aussi faire face à cette réalité.

 

Récemment à Meknès où une jeune employée de la cafétéria a été agressée par des étudiants qui lui ont rasé la tête, lors de ce qu’on appelle communément à la fac, “un procès populaire”. Ce genre de dérapage est monnaie courante dans nos facultés, où les forces de l’ordre interviennent fréquemment. Il y a un gros malaise…

Tout à fait, mais le problème n’est pas propre à nos universités, qui sont un prolongement de nos sociétés. Sauf que ces événements ont beaucoup plus de résonance quand ils se produisent dans les facultés.

Commentaires



  1. […] Lire Aussi: Interview – Bourses insuffisantes, violence dans les universités, qualité des facs… Daoud… […]

Comments are closed.

Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc