Jump to the website

Portrait: Karim El Alami, start-uper marocain




Portrait: Karim El Alami, start-uper marocain

Ce jeune polytechnicien entrepreneur à la tête d’une entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables à récemment été reçu par François Hollande et Emmanuel Macron après avoir réussi à lever des fonds auprès de FrenchTech Ticket…

Parlez-nous de votre parcours.

J’ai étudié au lycée Regnault à Tanger de la 6ème à la terminale. Après mon baccalauréat, j’ai intégré une classe préparatoire MPSI/MP à Louis Le Grand et par la suite j’ai été pris à Polytechnique. Au cours de mes années d’étude à Polytechnique je me suis spécialisé en entrepreneuriat et en Energie renouvelable et voulait vraiment faire un double diplôme aux Etats-Unis dans ce domaine. C’est la raison pour laquelle je suis allé à UC Berkeley en Californie où j’ai fait un master en Civil and Environmental Engineering. Au cours de ce master j’ai effectué plusieurs projets de cours portant sur l’analyse de la consommation et l’optimisation énergétique qui ont abouti à la création de ma startup que j’ai créée à la suite de mes études.

Quel genre d’élève étiez-vous?

Grande question! Assez difficile de définir quel genre d’élève j’étais. Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a 500 élèves qui intègrent l’X et 500 genres d’élèves qui intègrent l’X

On entend souvent dire que la prépa, c’est un cauchemar pour les étudiants. Quel est votre avis sur la question?

Quand on commence un sport si on est pas sportif c’est un “cauchemar” comme vous dites. La prépa c’est pareil le rythme comparé au lycée n’est pas du tout le même. On travaille beaucoup et intensément mais c’est une école de la vie cela vous apprend la rigueur et l’efficacité deux choses indispensables pour toute réussite professionnelle. Il faut s’accrocher !

 

Votre meilleur et votre pire souvenir en prépa?

Le pire: une khôlle de maths (interrogation orale, ndlr) donnée par un professeur qui était la terreur des élèves. Mais je vous rassure la majorité des khôlleurs sont très gentils et très compréhensifs, il y a des fous partout…

Le meilleur : les dîners de classe avant les vacances, les discussions à l’internat. On ne le dit pas assez mais en prépa, de vraies amitiés se créent et on est bien loin de la concurrence que l’on veut nous mettre en exergue.

 

Vous avez intégré Polytechnique à l’issue des concours, ce qui est le rêve de nombreux étudiants. Si vous aviez un conseil à donner aux taupins (élèves de classes préparatoires scientifiques, ndlr) pour réussir, quel serait-il?

Travaillez dur, connaissez vos forces et surtout adoptez une façon de travailler qui vous convienne. Certains sont plus théoriques d’autres sont plus pratiques la prépa c est aussi apprendre à se connaitre.

 

Votre sentiment quand vous avez pris connaissance des résultats?

Heureux, bien évidemment!

 

Où avez-vous fait votre année d’application et pourquoi?

UC Berkeley, je voulais découvrir la Silicon Valley le must de l’entrepreneuriat et dans le même temps la Californie est connue pour être très avant-gardiste dans le domaine des énergies renouvelables.

 

Combien y avait-il de Marocains dans votre promotion et quels rapports entreteniez-vous?

Il y a 22 marocains dans ma promotion, sur 35 étrangers admis sur quota. Bien sûr nos relations sont amicales, il y avait une association à l’X appelée X-maroc très active sur le campus qui organisait beaucoup d’événements pour faire connaitre la culture marocaine à l’Ecole.

 

Pourquoi avoir choisi de monter votre entreprise plutôt que le salariat, moins risqué?

J’ai toujours été attiré par l’entrepreneuriat plutôt que le salariat. La dernière année d’application aux Etats-Unis m’a convaincu de prendre cette voie là et puis j’avais rien à perdre 🙂

 

Quels produits et ou services propose votre entreprise?

Elum Energy développe un logiciel intelligent de gestion d’énergie entre des panneaux photovoltaiques, des batteries et un bâtiment consommateurs en énergie (généralement bâtiment industriel et commercial, hôpital, centre de données etc, ndlr). L’idée est de démocratiser l’accès à une énergie propre, locale et fiable et de réduire la facture énergétique du consommateur final. Nous visons bien sûr le Maroc et l’Afrique en particulier et nous regardons attentivement les changements dans la réglementation en Europe.

Nous proposons également un outil de visualisation pour le consommateur final afin qu’il connaisse précisement sa consommation. N’hésitez pas à visiter www.elum-energy.com si vous souhaitez avoir plus de détails.

Avez-vous bénéficier de financements?

Oui, nous sommes lauréats d’un concours qui s’appelle FrenchTech Ticket qui a pour but d’attirer les meilleurs entrepreneurs étrangers en France. Nous avons été reçu à ce titre par François Hollande et Emmanuel Macron à l’Elysée en mars dernier. Nous sommes également lauréats du concours Africa Rethink Awards organisé en marge de la COP21.

Parlez-nous de votre équipe.

Je me suis associé avec Cyril Colin qui était avec moi à Polytechnique et à UC Berkeley nous avons réalisé des projets de cours ensemble qui ont amené à la création d’Elum Energy. Nous avons été incubé à Agoranov, un incubateur parisien spécialisé dans les l’accompagnement de startup technologiques et nous avons recruté 3 personnes qui nous aident à développer et à améliorer notre produit. Nous sommes une équipe complémentaire et soudée qui n’est qu’au début de l’aventure.

Quelles sont les perspectives en termes de développement?

Le marché est très important, les perspectives sont donc très intéressantes pour les années à venir avec la baisse du coûts des énergies renouvelables et du stockage. Nous espérons nous implanter fortement en Afrique avec comme base forte le Maroc et nous développer en Europe avec comme base forte en France.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans?

Dans 10 ans, j’espère être toujours être à la tête de mon entreprise 🙂 mais j’aimerai être un opérateur important dans le secteur des nouvelles énergies en incorporant d’autre technologies comme l’éolienne ou la biomasse qui vont nous permettre d’atteindre le mix énergétique renouvelable

Pensez-vous revenir au Maroc un jour?

Bien sûr!  dans quelques années avec un beau projet à proposer à mon pays 🙂

 

LIRE AUSSI

Une Marocaine témoigne: comment j’ai décroché HEC Paris

Le fabuleux destin de Hamza Aboulfath

Commentaires



  1. […] AUSSI Karim El Alami, un polytechnicien marocain start-uper Le fabuleux destin de Hamza […]

  2. […] Interview: Moi, Karim El Alami, polytechnicien et start-uper  […]

  3. […] Interview: Moi, Karim El Alami, polytechnicien et start-uper  […]

  4. […] Lire aussi: Portrait – Karim Alami, parcours d’un start-uper marocain diplômé de Polytechnique […]

Comments are closed.

Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc