Jump to the website

Le ministre de l’Education répond aux graves accusations de malversations du président du groupe Istiqlalien




Le ministre de l’Education répond aux graves accusations de malversations du président du groupe Istiqlalien

Il y a quelques jours, Abdeslam Lebbar, président du groupe Istiqlalien, accusait le ministère de l’Education lors d’une séance plénière au Parlement, de détournements de fonds et dilapidations de deniers publics. Au total, Lebbar, reprochait au département de Rachid Belmokhtar d’avoir fait partir en fumée la coquette somme de 192 millions de dirhams.

Dans sa croisade contre les malversations, Lebbar affirme avoir fait l’objet de “menaces de mort”…

 

 Contre-attaque 

 

Le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle n’a que très peu goûté ces accusations. Dans un communiqué rendu public, le ministère souligne qu’il “ne se cédera à aucun chantage ou pression de n’importe quelle partie” suite aux “dangereuses accusations adressées à l’encontre d’un certain nombre de responsables du ministère”, relatives à des “dysfonctionnements qui auraient entaché la gestion de certaines transactions conclues par les académies régionales de l’éducation et la formation (AREF) ainsi que l’opération de nomination des directeurs des académies régionales et des directeurs provinciaux”.
Concernant les marchés publics, le ministère souligne que les AREF en tant qu’établissements publics assument la responsabilité de conclure des marchés publics et des bons de commande selon les lois et procédures en vigueur, notant que cette prérogative ne relève aucunement des services centraux, dont le rôle se limite uniquement au suivi, au contrôle et à la prise des mesures nécessaires en cas de besoin.
Le ministère indique que contrairement à ce qui a été rapporté, “dès qu’il a pris connaissance de ce qui a été soulevé au sujet des marchés relatifs à l’acquisition d’équipements didactiques, il a chargé les deux pôles de son inspection générale de faire le nécessaire. L’inspection générale des finances a également été saisie”.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc