Jump to the website

“Monsieur le ministre, donnez aux étudiants l’équivalence de leur diplôme accrédité par l’Etat”





Monsieur le Ministre,
Dans votre réponse du 12/05/2016 adressée à la Fédération Marocaine de l’Enseignement Supérieure Privé, vous spécifiez votre refus d’appliquer l’article 52 de la Loi 01-00 régissant l’enseignement supérieur marocain et son décret d’application, qui donne l’équivalence au diplôme de l’étudiant ayant réussi une filière dûment accréditée par votre Ministère.
Pour rappel, le cahier de charges relatif aux Accréditations défini par votre Ministère a vu le jour en 2010. Depuis, certains établissements y ont donné suite et ont demandé l’Accréditation de certaines de leurs filières. Certaines d’entre elles ont été accréditées par vos services, d’autre pas. Cette démarche, Monsieur le Ministre, avait justement pour objectif de permettre à nos étudiants inscrits dans des filières accréditées de bénéficier de l’obtention de l’équivalence de leur diplôme. Elle concerne donc bien les étudiants et pas les établissements.
Vous argumentez régulièrement, devant les médias, que « beaucoup d’établissements ne méritent pas ces Accréditations » pour conforter votre position et justifier votre refus d’appliquer la Loi. A cet effet, permettez-nous, Monsieur le Ministre, de vous rappeler ce qui suit :
• Nous sommes pour un enseignement de qualité. Nos écoles, ont, pour beaucoup, fait leurs preuves depuis plus de trente ans et sont des partenaires à part entière dans l’enseignement supérieur du Maroc d’une part, et dans le développement des compétences et des acteurs économiques d’autre part. Ainsi, si vous estimez aujourd’hui que certains établissements ou certaines filières ne répondent plus à votre « évaluation » de l’Accréditation des filières, il est de votre responsabilité de ne pas renouveler ladite Accréditation aux établissements qui ne la méritent pas.
• En tant que Ministre et citoyen marocain, il est impératif de respecter la Loi et d’octroyer aux étudiants l’équivalence de leur diplôme préalablement accrédité. En conséquence, face à nos nombreuses demandes d’applications de l’article 52
Les représentants du secteur de l’enseignement supérieur privé :
• Les 6 Elus de l’Enseignement Supérieur Privé,
• La Conférence des Grandes Ecoles- CDGE,
• L’Association de l’Enseignement Supérieur Privé AESPME,
• Le Collège National des Hautes Ecoles des Sciences de la Santé –CNHESS,
• La Fédération Marocaine de l’Enseignement Supérieur Privé – FMESP
Décident :
De geler toute relation et toute participation aux instances de votre Ministère, notamment la COSESP, la CNACES et l’Agence Nationale d’Evaluation jusqu’à ce que la Loi 01-00. Et ce, en totale solidarité avec les familles, les parents et les étudiants qui croient en la force de nos Lois et se sont investis, en toute bonne foi,pou r l’obtention d’un diplôme accrédité menant vers l’équivalence.
Monsieur le Ministre,
Il s’agit d’un droit constitutionnel, que chaque étudiant diplômé d’une filière accréditée est en droit de réclamer. Nos étudiants sont des citoyens à part entière et notre pays dispose d’une Constitution qui, bien que reconnaissant la diversité des citoyens, ne fait pas de différence entre eux. Pour quelle raison vous refusez d’octroyer les mêmes droits à un diplômé d’une filière privée accréditée par l’Etat et un diplômé d’une université publique? Nous restons et resterons fortement mobilisés à mener toutes actions pour faire valoir les droits légitimes et constitutionnels de nos étudiants.
Casablanca, le 30 Mai 2016.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc