Jump to the website

L’étudiant marocain Mohamed Belkhadir raconte sa nuit en enfer




L’étudiant marocain Mohamed Belkhadir raconte sa nuit en enfer

Ce jour-là, Mohamed Belkhadir n’a écouté que son courage. Alors qu’il vient d’accomplir la prière, le jeune homme sort déneiger les escaliers de la mosquée. Pendant quelques secondes, il entend une rafale de balles. Sans hésiter, il rentre dans le lieu de culte et constate  le carnage. Il tente comme il peut de venir en aide aux victimes de l’attentat meurtrier commis par un jeune canadien. Hélas, les choses de se passent pas comme prévu.

“Il est entré dès que les balles ont cessé de siffler. Malgré sa peur, malgré le danger, il voulait porter secours aux fidèles (…) Dans la confusion, il s’est retrouvé menotté et détenu toute la nuit comme suspect de terrorisme”, rapporte le site d’information canadien La Presse.

Alors que certains médias canadiens l’identifient comme l’auteur de l’attentat, le jeune étudiant d’origine marocaine, innocent, passe la nuit au poste de police.

Une injustice? Un malentendu en fait. Flash-back: dans la mosquée, Mohamed téléphone à la police “pour demander de l’aide et donner l’adresse aux services d’urgence. Il s’est penché pour couvrir un blessé avec son manteau”. Et là, tout bascule: “J’ai vu quelqu’un avec une arme. Je ne savais pas que c’était un policier, je croyais que c’était quelqu’un qui revenait pour tirer. Alors j’ai fui à l’extérieur, du côté du stationnement”, dit-il. “Les policiers dépêchés sur place, eux, n’ont vu qu’un homme qui s’élançait pour fuir les lieux de la tuerie à leur approche. Ils lui ont sauté dessus et l’ont mis en état d’arrestation”, résume La Presse.


Qu’en pense le principal concerné? “Je comprends, je respecte qu’ils m’aient attrapé. Ils m’ont vu fuir, ils ont pensé que j’étais suspect, c’est normal. Pour eux, quelqu’un qui fuit, c’est un suspect”.

Pas rancunier, le jeune marocain raconte que les policier se sont bien comporté avec lui, qu’il l’ont nourri au poste et lui ont mis un matelas à disposition pour passer la nuit.

Le lendemain, le jeune homme a été libéré, et entendu comme témoin dans le cadre de l’enquête.

Tout est bien qui finit bien donc? Pas vraiment… Mohamed garde des séquelles de cet épisode. “Personne n’aime voir son nom associé à un dossier de terrorisme. Surtout un immigrant qui travaille fort pour s’intégrer dans son nouveau pays. Je m’imaginais ne plus pouvoir travailler, ne plus pouvoir aller à l’université, ne plus pouvoir suivre mes rêves”.

Commentaires



  1. […] LIRE AUSSI – #Témoignage Le jeune étudiant marocain suspecté par la police canadienne d’être l’au… […]

Comments are closed.

Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc