Jump to the website

Penser la ville et l’énergie de demain avec Sciences-Po Paris




Penser la ville et l’énergie de demain avec Sciences-Po Paris

 

Elle bouge, elle bouge, l’hyperactive Association des Anciens Elèves de Sciences-Po au Maroc (AMASP). Après le succès des débats électoraux qui ont permis, entre autres, d’interpeller le Premier Ministre M.Benkirane, l’asso’ souhaite apporter sa contribution à la Cop22.

Le 23 Novembre à 17h30 à Rabat, l’AMASP en collaboration avec Sciences-Po Executive Education, invitent les décideurs publics et privés à « penser la ville et l’énergie de demain ».

A l’heure où Obama lance Power Next et Mohammed VI fait du développement de l’énergie une priorité nationale, la question devient un enjeu crucial pour le Maroc et de nombreux pays en Afrique.

Le Maroc en lançant la plus grande centrale solaire d’Afrique (Noor),est en train de devenir un pays producteur d’énergie, qui souhaite développer un savoir-faire à la fois dans la production et dans la consommation énergétique.

Depuis 10 ans, de nombreux projets ont vu le jour : la Technopôle Med Est, le Green Energy Park, la création d’une agence dédiée aux énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ADEREE), et une autre pour soutenir le développement du solaire (MASEN) ou encore la mise en place d’un institut responsable de la recherche et développement en la matière (IRESEN).

Parallèlement des entreprises marocaines connaissent une dynamique de conquête sur le marché africain (CEGELEC, Energy Transfo, ZINELEC,…) et affirment un peu plus le leadership du Maroc dans le domaine.

Pour renforcer cette approche et favoriser une meilleure efficience énergétique, le royaume a inscrit également cette réflexion dans l’aménagement du territoire (villes nouvelles et zones d’activités). On recense une dizaine de projets qui intègrent cette dimension à travers le royaume (Zenata Eco-City, Foued el Oued, Green Energy Park,…).

L’enjeu est de taille, avec un taux de croissance de 6,5% par an de la demande d’électricité d’ici 2030, l’application de mesures d’efficience énergétique permettrait de réduire la facture de 0,5 à 1% par an.

Voilà pourquoi « penser la ville et l’énergie de demain » est un axe stratégique majeur pour permettre aux citoyens, et aux acteurs économiques d’avoir un territoire plus intelligent, où services et infrastructures seraient mieux pensés, plus accessibles, générateurs de richesses et d’économies.

Dans ce contexte, la conférence du 23 Novembre à Rabat, abordera la problématique suivante : comment les nouveaux enjeux liés à l’énergie modifient-ils les villes et leur gouvernance ?

A travers l’exposition des meilleures pratiques internationales et d’exemples locaux, il s’agira de mieux appréhender la gestion de la transition énergétique dans le cadre de la conception et de la gouvernance d’une ville.

Pour avoir le détail de la conférence et s’inscrire cliquer, ici

 

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc