Polémique philo – éducation islamique au bac : la réponse du ministère




Polémique philo – éducation islamique au bac : la réponse du ministère

La rumeur court depuis un moment mais non, l’éducation islamique ne remplacera pas la philo aux examens du baccalauréat national. Les deux matières restent au programme. On fait le point.

 

Dès le 21 février, l’information circulait déjà sur les réseaux : adieu la philo au bac, remplacée par l’éducation islamique. En réalité, et contrairement à ce qu’a relayé une certaine presse, aucune matière n’a été supprimée, ni remplacée par une autre, et ce pour toutes les filières. C’est ce qu’a confirmé le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans un récent communiqué de presse.

 

L’origine de la rumeur

Mustapha El Khalfi, ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, et porte-parole du gouvernement, souligne en revanche la “réorganisation de certaines matières au titre de la première année de baccalauréat”.

 

Et la philo en bac pro ?

La polémique ne s’essouffle pas du côté des professeurs de philosophie. En cause de leur mécontentement, une décision ministérielle parue au Bulletin officiel le 12 février dernier qui n’intègre pas la philosophie en 1ère et 2e années de baccalauréat pour les filières professionnelles.

 

Le ministère précise que cette matière est au programme du tronc commun de cette filière depuis son lancement en 2014. Autrement dit, elle est enseignée uniquement durant la première année de lycée, mais ne fait pas partie des examens du baccalauréat professionnel.

 

Les enseignants de philosophie poursuivent donc leur mobilisation pour rappeler le rôle essentiel de cette matière dans la formation de l’esprit critique, quelle que soit la filière.

Commentaires