Jump to the website

Rachid Belmokhtar répond (enfin) aux professeurs de philosophie




Rachid Belmokhtar répond (enfin) aux professeurs de philosophie

Rien ne va plus entre le ministère de l’Education nationale et les professeurs de philosophie au Maroc. Le département de Rachid Belmokthar s’est en effet fendu d’un communiqué dans lequel il se dit étonné que “des avis si tranchés se soient exprimés au sujet d’un prétendu retour en arrière sur la place accordée à la philosophie dans l’école marocaine”.

Rappel des faits: il y a quelques semaines, l’Association marocaine des enseignants de philosophie (AMEP) avait dénoncé la présence dans les manuels scolaire d’éducation islamique de préjugés, notamment un texte question de Ibnou As-Salah Ach Chahrazouri, un penseur salafiste du XIIIème siècle qualifiant leur discipline de dépravation incompatible avec les valeurs de l’islam.

Le 11 janvier, le ministère est finalement sortir de son mutisme, en diffusant un communiqué où il apporte certaines précisions.

Morceaux choisis:

“Le ministère s’étonne du choix fait par certains intervenants dans cette polémique de réduire les efforts fournis pour la révision profonde des manuels scolaires à la simple citation d’un “texte historique” pour des fins d’illustration et de débat d’idées”

“Des préjugés ont été émis sur les réalisations de cette opération de révision des manuels scolaires occultant de manière totale les changements profonds qui ont concerné le curriculum de l’éducation islamique”.

“Les choix pédagogiques relatifs au nouveau curriculum d’éducation islamique ont pour objectif d’inculquer les valeurs de modération, de tolérance, de paix, d’altérité et d’amour de l’autre et de renforcer les valeurs universellement partagées dans leur dimension spirituelle”.

“Le nouveau programme d’éducation islamique du cycle secondaire qualifiant comporte des thèmes dictés par le contexte socioculturel national et international, selon lequel ce curriculum a fait le choix de permettre aux élèves d’approcher des thèmes d’actualité à débattre dans un cadre correctement encadré, à l’intérieur de l’enceinte d’un établissement scolaire et sous la supervision des enseignants qui se conforment aux exigences du curriculum”.

“Ces exigences sont clairement définies dans les documents officiels publiés par le ministère et mis à la disposition des enseignants et des inspecteurs de la discipline. Le nouveau curriculum d’éducation islamique, pour le niveau 1ère année du Baccalauréat, traite de quatre grands thèmes: “Foi et Métaphysique”, “Foi et Science”, “Foi et Philosophie” et “Foi et Civilisations”.

“Le module “Foi et Métaphysique” se focalise sur le concept de la métaphysique, ses rapports avec la Foi et les retombées des croyances métaphysiques sur les perceptions et les comportements afin de se prémunir contre les dérives relatives à ce sujet et qui associent la métaphysique aux mythes, alors que celui portant sur “Foi et Science” traite de l’importance donnée à la science par l’Islam pour pallier à l’émergence de positions de désaveu de la science.

“Pour “Foi et Philosophie”, le curriculum précise que parmi les objectifs de ce module, il y a la nécessité d’insister sur le fait que la pensée philosophique renforce la raison et développe la pensée tout en réfutant l’idée de l’existence d’une contradiction entre la raison et la Foi, alors qu’à travers le module “Foi et Civilisations”, le nouveau curriculum vise à inculquer dans le conscient et le comportement des jeunes le besoin de valoriser les valeurs universellement partagées et le devoir de consolider cet héritage humain et de promouvoir son rayonnement.”

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc