Jump to the website

Une rentrée scolaire qui fait très mal aux portefeuilles des ménages marocains




Une rentrée scolaire qui fait très mal aux portefeuilles des ménages marocains

Comme chaque année, la rentrée scolaire a rimé avec dépenses. A plus forte raison parce qu’elle était concomitante avec l’Aid Al Adha.

 

D’après les chiffres du HCP, les ménages marocains, selon leur typologie, n’accomplissent pas dans les mêmes proportions, le rituel du sacrifice, sur lequel, un ménage sur 20 fait l’impasse.

«Il s’avère que plus on est riche et instruit plus on a tendance à se soustraire à cette obligation religieuse. Près de 12% des ménages appartenant au 10% de la population la plus aisée ne sacrifient pas de mouton à l’occasion de l’Aid, contre moins de 2% pour les ménages relevant des 10% de la population la plus pauvre. De même, 11,6% des chefs de ménage d’un niveau d’enseignement supérieur s’inscrivent dans cette tendance, contre 4% pour les chefs de ménage sans niveau d’instruction. », explique l’enquête du HCP

 

Très chère école…

Côté enseignement, l’étude que les prix pratiqués dans ce secteur ne cesse d’augmenter d’années en années, à un rythme supérieur à celui de l’inflation.

“Depuis 2007, le prix global dans le secteur s’est apprécié annuellement de 3,4% en moyenne”. Sur 10 ans, cela représente une hausse de 40%.

“Les secteurs de l’enseignement secondaire et présecondaire sont plus dynamiques en la matière, avec une hausse moyenne annuelle de leurs prix de 4%. Il est à noter aussi que les frais d’inscription ont le plus tiré vers le haut (+4,7% en moyenne), comparativement aux frais de scolarisation (+3,3%)”.

 

D’après les derniers chiffres du HCP (statistiques arrêtées à l’année scolaire 2013-2014), les ménages marocains ayant des enfants scolarisés (6 ménages sur 10) ont consacrés en moyenne le quart de leur dépenses mensuelles (1751 dhs) pour la rentrée.

“Par personne scolarisée, cette dépense s’est situé à 844 DH. Elle varie selon le milieu de résidence, passant de 1093 dhs par enfant en milieu urbain et à 443 DH en milieu rural. Un ménage parmi les 20% les plus aisés supporte une charge 5,6 fois plus élevée que celle d’un ménage appartenant aux 20% les moins aisés. Ces charges avoisinent respectivement 2099 dhs et 373 dhs”.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc