Jump to the website

Voici comment Hassad compte sauver le système éducatif marocain




Voici comment Hassad compte sauver le système éducatif marocain

Le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Hassad, a présenté jeudi devant le conseil du gouvernement les grandes lignes du Plan d’action pour la mise en œuvre de la Vision stratégique de la réforme du système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique.

Lors de l’exposé de son plan d’action, Hassad a indiqué que ce plan porte sur trois références, à savoir les Hautes instructions royales , la Vision stratégique de la réforme 2015-2021, et le plan gouvernemental 2016-2021 .

Il a également souligné que la mise en œuvre d’un plan national détaillé et précis repose sur deux domaines: le champ stratégique et organisationnel qui traite des aspects stratégiques à même d’améliorer la performance des établissements scolaires, et le champ de l’établissement scolaire en tant que point de départ et d’arrivée de toute réforme éducative.

Le préscolaire

L’objectif du plan est de le généraliser  à l’ensemble des enfants âgés de 4 ans sur dix ans à l’horizon 2027, et via un partenariat avec la société civile et l’appui central de l’Etat.

L’éducation primaire

S’agissant de l’éducation primaire, l’objectif fixé est d’améliorer les compétences de base des élèves, notamment dans l’apprentissage des langues arabe et française, avec l’insertion de cette dernière en première année du primaire grâce.

Le ministre met l’accent sur le nombre d’élèves dans les classes, il s’agit de le réduire pour atteindre, à la fin du plan, 30 élèves en première et deuxième années et 34 dans les autres niveaux.

Il souligne aussi le fait qu’une révision complète du manuel scolaire est indispensable, ainsi que la publication d’un nouveau manuel pour le premier, le troisième et le cinquième niveaux du primaire pour la rentrée scolaire 2018-2019, puis pour le second, le quatrième et le sixième niveaux l’année suivante.

L’enseignement secondaire qualifiant

Le plan vise à renforcer les capacités linguistiques et scientifiques des élèves et à faciliter le passage à l’enseignement supérieur et l’intégration dans le monde du travail à travers la poursuite de la diversification de l’offre du baccalauréat professionnel pour atteindre un taux de 10% de l’ensemble des élèves dans 4 ans.

En matière de gouvernance, M. Hassad a mis l’accent sur le retour à l’ordre et à la discipline sur tous les niveaux du système de l’éducation et de la formation, et de mettre fin à l’absentéisme injustifié des élèves.

Aménagement et création d’établissements

S’agissant de espaces et équipements de scolarisation, M.Hassad a appelé à améliorer les conditions d’accueil et de scolarisation des élèves tout en prenant en considération les usagers de ces espaces (enseignants, administration, élèves et parents),  ainsi que l’aménagement des établissements et l’abondan des installations inutilisées et constructions préfabriquées.

Dans le même sens, le ministre a cité la création de 55 établissements dont 26 en milieu rural, l’agrandissement de 1.948 salles lors de l’année scolaire 2017-2018, la création de 250 établissements dont 100 écoles communales en milieu rural pour l’entrée scolaire 2018-2019, outre la création de 100 établissements communaux lors de chaque rentrée scolaire en vue d’atteindre le nombre de 1.000 écoles.

La formation professionnelle

Concernant le secteur de la formation professionnelle, le programme vise à améliorer la qualité de la formation professionnelle, à réaliser la complémentarité entre les différentes composantes du système de l’enseignement et à créer des passerelles entre les quatre principales branches de la formation professionnelle. Le ministre ajoute que les concours d’accès aux grandes écoles seront ouvert en faveur des lauréats les plus méritants et le soutien de la formation sur la création des entreprises.

Le  nombre de stagiaires a atteint plus de 449.000 bénéficiaires dans le secteur public, 74.000 dans le secteur privé, 4.535 au sein des associations et 4.135 au sein dans les entreprises.

et celui des diplômés du secteur professionnel a atteint près de 316.000 lauréats au cours de l’année 2015-2016, dont 71 % ont bénéficié de la formation de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT), a-t-il ajouté, relevant que le taux d’intégration atteint 80 %.

Ainsi, que l’objectif de la formation de 1,7 million de lauréats sera atteint à l’horizon de 2021, estime-t-il.

La formation supérieure et la recherche scientifique

Le nombre des étudiants inscrits est de 838.000 étudiants, dont 670.000 dans les institutions à accès libre et 96.239 dans les institutions à accès restreint.

Près de 33% des jeunes en âge de suivre des études universitaires sont inscrits à l’université, le ministre indique que ce taux avoisinera les 45% à la rentrée scolaire de 2021-2022.

Valoriser les conditions de l’enseignement supérieur

M.Hassad a noté que le nombre des boursiers a atteint 340.000 bénéficiaires au cours de l’année scolaire 2016-2017, en hausse de 5% par rapport à l’année précédente, tandis que celui des bénéficiaires de l’hébergement s’est élevé à 60.949 étudiants durant la même période, en progression de 9%.

Le programme d’action de ce secteur vise l’amélioration des conditions de l’enseignement supérieur à travers la valorisation des espaces universitaires : extension des cités universitaires existantes et la création de nouvelles cités dotées d’une grande capacité d’accueil.

Commentaires



Universités et écoles supérieures au Maroc, classes prépas, BTS, etc